Dental Tribune Algeria

Entretien : “La violence domestique : la ruelle sombre de la société”

By Dental Tribune International
July 19, 2019

Le rôle que jouent les dentistes dans la reconnaissance des cas potentiels de violence familiale est rarement discuté. Dans une récente entrevue, Dental Tribune International s'est entretenu avec Timothy Ellis, auteur principal d'un article sur les biomarqueurs dentaires et buccaux des lésions cérébrales dans la violence domestique, pour en savoir plus sur le sujet et sur ce qui peut être fait si de tels cas surviennent dans un cabinet dentaire.

Qu'est-ce qui vous a amené à enquêter sur la position unique des dentistes dans la reconnaissance de la violence familiale ?

Les dentistes sont considérés comme des experts en anatomie de la tête et du cou et, dans nos travaux antérieurs sur les lésions cérébrales, le Dr Jonathan Lifshitz et moi avons constaté que la majorité des lésions cérébrales dans les situations de violence familiale comprennent aussi les lésions à la tête, au visage, à la cavité buccale et au cou. Cela nous a amenés à commencer à chercher des biomarqueurs buccaux spécifiques que les dentistes pourraient reconnaître comme indicateurs de la violence familiale.

Quels sont certains des principaux signes que les dentistes peuvent surveiller et qui pourraient indiquer que la violence familiale est un problème ?

Les signes de violence domestique vont du subtil à l'évident. Ils peuvent être présents dans les tissus durs et mous à l'intérieur et à l'extérieur de la cavité buccale. Les fractures osseuses, comme celles du complexe zygomatique-orbitaire, du maxillaire ou de la mandibule, des racines émoussées et une nécrose pulpaire peuvent accompagner un tel traumatisme ou être le signe d'un traumatisme dentaire antérieur qui justifie une enquête et une investigation supplémentaires. Des indications encore plus subtiles peuvent être observées dans l'articulation temporo mandibulaire, entraînant un dysfonctionnement ou une malocclusion. Une déviation de la cloison nasale, une déchirure du fréin  ou une ecchymose buccale unique, surtout en présence d'un appareil intraoral, peuvent indiquer un traumatisme antérieur. Les ecchymoses buccales ou labiales intrabuccales ou labiales et les lacérations et déchirures de la frange linguale chez un individu non ambulatoire et les lésions intrabuccales chez les nourrissons non ambulatoires sont pathognomoniques pour les abus.

Comment les professionnels dentaires peuvent-ils agir au mieux lorsqu'on leur présente un patient souffrant de violence conjugale ?

Le message à l'intention des dentistes, des hygiénistes et des autres membres du personnel de soutien dentaire est qu'ils devraient prendre la parole s'ils détectent quelque chose qui les préoccupe. Sans aucun doute, il est beaucoup plus facile d'effectuer une visite chez le dentiste sans s'enquérir de la source d'une blessure ou de la nature particulière d'un résultat étrange à un examen oral complet. Pourtant, les dentistes et leurs équipes ont la possibilité d'établir un lien significatif avec les patients en orientant les victimes potentielles vers un soutien et des soins supplémentaires. La violence domestique se trouve dans la ruelle sombre de la société ; un effort communautaire universel pour identifier, référer et traiter permettra aux individus de vivre la vie qu'ils imaginent pour eux-mêmes.

Quel type de formation complémentaire pourrait être bénéfique pour les dentistes lorsqu'ils traitent des patients qui pourraient être victimes de violence familiale ?

La sensibilisation et l'éducation sont d'une importance capitale. De nombreuses ressources sont en cours d'élaboration ou déjà disponibles qui font le lien entre les traumatismes crâniens traumatiques et la violence familiale en sensibilisant le public et en présentant l'épidémiologie du sujet. À cette fin, les professionnels de la santé dentaire peuvent rechercher la formation continue et l'apprentissage autonome sur le sujet. Les futurs dentistes, hygiénistes et autres paraprofessionnels pourraient bénéficier d'un programme spécialisé dans le cadre de leur formation initiale.

J'imagine que le but du document était d'intégrer la dentisterie et ses sous-spécialités dans la conversation sur les traumatismes crâniens. Quel a été son impact depuis sa publication ?

Vous avez tout à fait raison. Le but était d'amener la dentisterie et ses sous-spécialités dans la conversation. Le document a été bien accueilli, et de nombreuses sources médiatiques continuent de partager leurs idées avec d'autres. En ce qui concerne les médias sociaux, la reconnaissance et la diffusion à l'échelle mondiale des reportages sur l'article sont évidentes. Les réseaux d'information locaux, les écoles, les organisations, les professionnels de la santé et les particuliers ont participé à la discussion et ont exprimé leur appréciation pour notre approche du sujet. Nous sommes heureux qu'une conversation ait commencé. Il s'agit d'un premier pas vers la résolution du problème des traumatismes crâniens traumatiques liés à la violence familiale.

Note de la rédaction : L'étude, intitulée "Restaurer plus que des sourires dans des foyers brisés : Dental and oral biomarkers of brain injury in domestic violence ", a été publié en ligne le 11 avril 2019 dans le Journal of Aggression, Maltreatment and Trauma, avant d'être inclus dans un numéro.

Comments are closed here.

© 2019 - All rights reserved - Dental Tribune International