Dental Tribune Algeria

Tout repose sur la gestion des tissus mous

By By OMNIPRESS & Nathalie Schüller, DTI
June 04, 2019

Le Dr Giovanni Zucchelli est professeur à l'Université de Bologne en Italie et président élu de l'Académie italienne d'ostéointégration. Il est spécialiste dans le traitement des cas complexes parodontaux et péri-implantaires et dans la réhabilitation esthétique des tissus gingivaux autour des dents naturelles et des implants, en appliquant les procédures avant-gardistes qu'il a lui-même conçues. Le Dr Zucchelli propose également des cours dans son cabinet privé à Bologne et intervient régulièrement lors de grands congrès internationaux. En outre, il est un chercheur actif et donne régulièrement des conférences au niveau international et a publié plusieurs livres sur la chirurgie plastique parodontale. Le Dr Zucchelli était l'un des conférenciers de la conférence MASTERMINDS2, organisée par OMNIPRESS, qui s'est déroulée à Athènes en Grèce les 17 et 18 mai.

Docteur Zucchelli, comment vous décririez-vous ? Que voudriez-vous que les gens sachent à votre sujet ?
Ce qui m'a vraiment incité à choisir ce type de vie était probablement le désir d'être un peu différent. Enfant, j’étais de petite taille et c'est peut-être la raison pour laquelle je voulais me différencier. Je voulais plutôt penser autrement et essayer de penser par moi-même sans être trop influencé par les autres. Je suis reconnaissant à mes mentors qui m'ont permis d’aborder divers domaines durant ma formation. Ils m'ont appris à donner des conférences, à présenter des résultats et à faire de la recherche. À partir de ce moment-là, j'ai décidé de ne plus regarder le passé et de ne pas trop regarder ce qui avait été fait auparavant, mais plutôt d'essayer d'innover.

Alors, est-ce que cela venait de vos mentors ou de votre propre personnalité ?
Cela provient de ma personnalité. Je n’aime pas répéter les choses encore et encore ; J'essaie toujours d’améliorer. Pour mieux faire, il faut se baser sur ce que l’on a déjà fait pour voir ce que l’on peut ajouter pour le perfectionner. La chose positive que je pense avoir faite dans ma vie, c’est d’avoir essayé d’innover et de ne pas répéter ce que d’autres ont déjà effectué, mais plutôt, si possible, d’améliorer ce qui a été fait et d’apporter ma propre contribution. Parfois, j'ai réussi et d'autres fois non, c'est la vie, mais même si vous réussissez à améliorer même un détail, je pense que c'est bien, et peut-être que les gens apprécieront que vous essayiez toujours de leur donner quelque chose de nouveau, quelque chose de vous-même. Nous avons tous des talents différents et je pense que c'est l'un des miens. J'essaie de communiquer ce que je sais, ce que j'ai appris et les retours que je reçois des dentistes témoignent du succès que je partage avec eux.

Comment votre carrière en odontologie s'est-elle développée ?
Mon père était néphrologue et dans ma jeunesse, je n'étais pas très intéressé par les études. Après avoir terminé mes études secondaires, j'ai eu une discussion avec lui et lui ai demandé quelles études il me conseillait. Comme je ne voulais pas trop étudier, il m’a dit que je pouvais devenir chirurgien-dentiste. Pour lui, en tant que médecin, il pensait que devenir dentiste me permettrait de vivre décemment. Il considérait que l’odontologie était destinée aux personnes assez intelligentes mais pas assez pour devenir médecin. Je pense que cela a provoqué mon désaccord depuis le début. J'ai toujours dû me prouver quelque chose. Donc, cela a été un moteur pour me dépasser, mais d'un autre côté, j'ai tendance à ne jamais être complètement satisfait. Si vous voulez toujours quelque chose de plus, une fois que vous l'obtenez, vous découvrez qu'il vous faut quelque chose de nouveau.

Pourquoi avoir choisi les tissus mous ? Qu'est-ce qui vous attire en parodontie dans votre décision d’en faire une spécialité ?
Les tissus mous sont les éléments apparents à l’inverse de l’os. Je veux être apprécié et faire comprendre aux gens ce que je fais. Je suis toujours plus anxieux des choses qui peuvent arriver aux parties apparentes plutôt qu’aux pathologies à l’intérieur du corps. Si je commets une erreur en traitant les tissus mous, tout le monde peut les voir immédiatement. Si vous faites une erreur avec un os, vous ne le réaliserez que plus tard et peut-être jamais. Je veux réussir à travailler avec les tissus mous, car je sais que les patients pourront être immédiatement satisfaits des résultats.

Vous êtes reconnu comme un leader d'opinion dans votre domaine et avez donc une influence sur les dentistes et les étudiants. Quelle est votre motivation pour faire de la recherche et créer de nouvelles techniques de chirurgie plastique des tissus mous ?
Cela est lié au fait de faire de son mieux pour nos patients et d’être proche des jeunes. J'aime enseigner ; J'apprécie mes plus jeunes collègues à l'université. J'adore les voir grandir et je suis très satisfait quand ils sont appelés à prendre la parole lors de conférences partout dans le monde. Cela me rend plus heureux que d'être invité à prendre la parole lors d'une conférence. Cela signifie que j'ai fait du bon travail. Partager à travers l'enseignement me procure une grande satisfaction. Vous enseignez et grandissez avec vos étudiants.

Quels critères utilisez-vous pour décider de l’endroit du palais où vous allez prélever une greffe de tissu conjonctif ?
Le choix dépend des avantages pour le patient en termes de résultat. Vous devez donc prélever le plus postérieurement possible, car plus vous allez en arrière, plus le palais est dur et dense et donc plus le résultat est stable. En même temps, plus vous prélevez en arrière, moins la douleur postopératoire sera douloureuse pour le patient. Par conséquent, ce sont les deux raisons pour lesquelles, aujourd’hui, j’estime que l’on devrait prélever les tissus le plus loin possible et très superficiellement.

Si vous devez déterminer l'élément le plus important pour la dent et l'implant, le logement osseux ou le joint pour tissus mous, lequel des deux facteurs a le plus d'impact sur le pronostic et la survie à long terme ?
Cela ne fait aucun doute. En termes d’importance, en particulier lorsque vous parlez d’esthétique, la gestion des tissus mous est d’une importance vitale pour l’aspect esthétique et son maintien. Si vous n’avez pas d’os, vous ne pouvez pas poser d’implant. La question est de connaitre la quantité d'os dont nous avons réellement besoin et s'il est vrai que nous augmentons trop la quantité d'os dont nous avons besoin, car nous pensons que l'implant a besoin de plus d'os qu'il n'en a réellement. Une partie de cet os manquant, du moins dans la région buccale, peut être compensée par des tissus mous.

Vous attendez-vous à des avancées significatives en termes de géométrie ou de surface d'implant dans les prochaines années ?
Je pense que nous avons acquis maintenant un bon niveau d'avancement ; la recherche aboutira à de nouvelles améliorations et j’espère que nous pourrons placer de très petits implants à l’avenir, de sorte que la nécessité d’une augmentation osseuse diminuera. Le diamètre d'implant le plus petit que nous ayons à l'heure actuelle est de 3 mm. Je m'attends à ce que la qualité de la surface s'améliore également pour nous donner des implants ayant un diamètre si petit qu'ils puissent également être placés dans des cas où la quantité d'os disponible n'est pas idéale.

Les progrès réalisés dans les biomatériaux ont conduit à la fabrication de nouvelles greffes de tissus au collagène, principalement des xénogreffes. Pensez-vous qu’il sera possible de les utiliser dans la routine clinique quotidienne, dans quelle mesure ces nouveau matériaux peuvent ou pourront (à présent ou à l’avenir) remplacer les greffes de tissus mous ?
Nous sommes maintenant au début. Nous comprenons que trouver un substitut pour les tissus mous est extrêmement important, probablement même plus que de trouver un substitut pour les os, car cela fait toute la différence. Les greffes de tissus mous ne sont toujours pas au même niveau que les greffes osseuses car il est beaucoup plus difficile de trouver des tissus mous, et la recherche dans ce domaine n'a commencé que récemment. Les perspectives sont bonnes, mais jusqu'à présent, aucun matériau ne pouvait remplacer les tissus prélevés dans le corps. Il existe certaines indications pour l'utilisation de la matrice de collagène pour augmenter l'épaisseur du tissu, mais cela ne peut pas encore être considéré comme un substitut, car un substitut signifie le remplacement d’une chose par une autre (et ce n'est pas le cas pour le moment). J'espère que la recherche fera de grands progrès dans ce domaine, car le besoin est réel.

Vous pratiquez, faites des recherches, enseignez et écrivez. Avez-vous une préférence pour l'une ou l'autre de ces activités ou sont-elles inhérentes à votre épanouissement et à votre progression dans votre spécialité ?
J'ai besoin de tout. J'ai besoin d'enseigner et j'aime le faire, mais pour en revenir à ce que nous avons discuté plus tôt, j'ai besoin de nouveauté ; J'ai besoin de me lancer un défi et d'innover. J'aime aussi faire de la recherche et peux honnêtement dire que tout est lié. Je n'enseigne pas si je n'ai rien à faire et, pour avoir quelque chose à faire, je fais de la recherche, mais je fais aussi de la chirurgie, parce que 90% de ce que je suis est un chirurgien et si vous ne faites pas de chirurgie, il est difficile de juger comment une procédure chirurgicale devrait être modifiée ou améliorée. Donc, si je ne pratique aucune opération pendant quelques jours, je sens que je perds l'occasion d'améliorer quelque chose. Je suis ici pour partager ma pratique avec les gens.

Vous avez écrit et co-écrit plusieurs livres et travaillez sur un nouveau. Avez-vous décidé d’écrire ce nouveau livre pour pallier à un manque et souhaitez-vous ainsi y remédier ?
En effet, mon prochain livre est presque terminé. Je ressens le besoin d'écrire lorsque je perçois un manque dans un domaine et je me concentre toujours sur le même sujet : la gestion des tissus mous autour de l'implant.Cela a tendance à être considéré comme une procédure effectuée uniquement pour améliorer un résultat pouvant être obtenu avec une augmentation osseuse.Je pense que c'est exactement le contraire.En augmentant l'épaisseur des tissus mous et en améliorant la gestion des tissus mous, vous pouvez généralement éviter une augmentation osseuse tout en obtenant le meilleur résultat esthétique.C'est le sujet de mon livre : jusqu'où pouvons-nous aller avec la gestion des tissus mous pour réduire le besoin d'augmentation osseuse.

Parlez-vous de la gestion des tissus mous avant la pose de l'implant ou après celle-ci ?
Le livre traite de la gestion des tissus mous avant, pendant ou après la pose de l’implant. Il traite également de la situation où le chirurgien ne s’est pas soucié de la gestion des tissus mous lors de la pose de l’implant, et décrit les possibilités pour améliorer l’aspect esthétique d’un implant déjà placé.
Le premier livre, Mucogingival Esthetic Surgery, a connu un succès incroyable, peut-être parce que très peu de dentistes pratiquent la chirurgie mucogingivale. La grande histoire, cependant, est que maintenant, la chirurgie muco-gingivale n’est pas seulement destinée à traiter une récession, elle est, je pense, une philosophie de travail. Vous pouvez l'appliquer aux problèmes de récession, au travail de restauration et à l'implantologie. Je peux dire que mon premier livre m'a donné une grande satisfaction car, bien que n'étant pas lié à une société, il était très demandé et cela m'a indiqué que les gens comprennent la nécessité de ce que je fais.

Vous serez le prochain président de l'Académie italienne d'osséointégration (Italian Academy of Osseointegration - IAO). Quelle vision avez-vous de cette nouvelle mission et quels objectifs vous fixez-vous pour la réaliser ?
Mon objectif est de faire comprendre aux chirurgiens-dentistes qui posent les implants l’importance de la gestion des tissus mous. Pendant de nombreuses années, nous avons cherché à mieux comprendre l’ostéointégration et l’augmentation osseuse, mais la plupart des cliniciens ne comprennent pas le potentiel de la gestion des tissus mous. Mon objectif est d'inclure la gestion des tissus mous dans le traitement implantaire, soulignant ainsi la nécessité de comprendre l'importance de la parodontie lors de la pose d'implants pour obtenir un résultat optimal.

Il est vrai que lors des congrès d'implantologie, on parle encore beaucoup de l'ostéointégration mais pas beaucoup de la gestion des tissus mous.
Certes, ce n’est que récemment que nous avons entendu parler de la gestion des tissus mous. Je pense que c'est un autre défi de faire en sorte que les implantologues considèrent davantage les tissus mous. J'aime parler aux femmes dans les nombreux endroits du monde où l'implantologie et les traitements parodontaux sont principalement effectués par des femmes. Lorsque vous leur parlez, vous constatez qu'elles sont beaucoup plus sensibles à la gestion des tissus mous que les hommes. Je ne sais pas pourquoi, peut-être à cause de l'aspect esthétique. Je me réfère également à l'esthétique lorsque je parle de fonction. Je pense qu'en améliorant les tissus mous, le patient peut maintenir une meilleure hygiène et sera bien sûr satisfait du résultat esthétique réussi.

Qu'est-ce que vous aimez le plus dans votre travail ?
Probablement la chirurgie.

Qu'est-ce que vous aimez en dehors de l’odontologie ?
Il n’y a qu’une chose - le football - et plus que cela, l’équipe de Bologne. Ce n'est pas une si bonne équipe, mais c'est mon équipe et j'ai souffert et célébré avec cette équipe depuis que je suis enfant. J'aime le football parce que c'est une course et un effort continu pour survivre. C'est, je pense, ma seule vraie passion. C'est une passion troublée, parce que je souffre toujours, mais quand on gagne, quel sentiment !
Bien sûr, le temps passé avec ma famille est également important, mais je choisis d'éviter de voyager. Je le fais trop pour mon travail et je n'apprécie pas les endroits où je vais, car je redoute les trajets que cela implique. Pour le moment, je dois réduire tout ce temps de voyage et recentrer un peu ma vie.

Quel conseil donneriez-vous aux jeunes parodontistes ?
Je leur conseillerais d’étudier beaucoup, d’apprendre autant que possible et, une fois qu’ils ont de bonnes bases, d’essayer de penser par eux-mêmes. Ils ne devraient pas réévaluer continuellement ce qui a déjà été fait, car c'est facile. Il est facile de publier aujourd'hui quelque chose qui a été publié dans le passé, mais il est très difficile de proposer un article original. Si vous ne parlez que du passé, il est difficile d'avancer. J'aimerais qu'ils essaient de penser un peu plus biologiquement. J'ai eu la chance d'acquérir ce type d'expérience lorsque j'ai étudié au Département de parodontologie de l'Université de Göteborg en Suède, sous la présidence du Prof. Jan Lindhe. L'accent y était très biologiquement ciblé ; tout était justifié biologiquement plus que scientifiquement. La science traite en chiffres ; les concepts biologiques existent et seront les mêmes pour toujours. Donc, vous ne devriez pas essayer de faire quelque chose parce que quelqu'un vous a dit de procéder ainsi ; vous devriez essayer de comprendre pourquoi vous le faites, et si vous ne comprenez pas, alors n’essayez pas.

Je pense que le problème pour beaucoup vient de la peur de se questionner soi-même plutôt que de suivre les instructions données par quelqu’un d’autre.
Oui, c'est le problème des jeunes. Bien sûr, c'est difficile, et mes étudiants sont souvent déconcertés lorsque je leur dis de faire quelque chose d'une certaine manière et que quelqu'un d'autre leur dit de procéder d'une autre manière. C'est la raison pour laquelle ils ont besoin de connaissances pour pouvoir penser par eux-mêmes et évaluer les différentes options.

Comments are closed here.

© 2019 - All rights reserved - Dental Tribune International