Dental Tribune Algeria

Les chercheurs ont démontré que Les obturations composites hybrides durent plus longtemps

By Uni W/H
September 17, 2019

JENA/WITTEN - Les obturations dentaires qui épousent de manière flexible les contours des dents durent plus longtemps que les obturations rigides. C'est le résultat d'une étude prospective à long terme menée sur 29 ans par les universités de Iéna et Witten/Herdecke.

"Peter Gängler, directeur de l'Institut de médecine bucco-dentaire ORMED de l'Université de Witten/Herdecke, qui synthétise les résultats, explique : " Pour la première fois nous avons pu montrer que les dents avec un plombage composite durent longtemps, mais s'améliorent ". Les chercheurs ont examiné les obturations à l'aide d'une microscopie électronique à balayage à la fine pointe de la technologie afin de pouvoir se prononcer sur la précision de l'ajustement et sur les écarts marginaux inévitables. Les résultats de l'étude ont été publiés pour la première fois en décembre 2018 dans le Journal of Dental Research (DOI : 10.1177/0022034518718788798).

Au cours des cinq premières années, toutes les obturations se sont détériorées, mais elles se sont adaptées de façon optimale au mode de mastication et sont demeurées intactes. Au bout de dix ans, les lacunes dans la jonction entre l'obturation et la dent disparaissent de plus en plus, ce qui permet une transition en douceur. L'usure de l'émail et du matériau composite pendant la mastication a permis d'améliorer le remplissage avec des transitions plus fluides. Ils sont restés intacts malgré de profondes lacunes marginales dues à la colonisation bactérienne. "Les biomatériaux adaptables pour les dents comme les alliages d'or, les amalgames et les composites contribuent donc à la santé bucco-dentaire. Les biomatériaux rigides comme les alliages de métaux non précieux et les céramiques comme les oxydes de zirconium ne conviennent pas parce que leur dureté endommage les dents opposées et l'articulation temporomandibulaire", explique Gängler, autre résultat de l'étude, "car, étonnamment, presque aucun dentiste ne sait que nos dents repoussent toujours autant qu'elles sont mâchonnées, même à maturité".

Le but de l'étude était de déterminer la durabilité des obturations composites modernes qui sont sur le marché depuis 1985. "Nous ne savons pas encore s'ils dureront toute une vie. Cependant, d'après nos études sur le groupe d'âge de 18 à 52 ans recevant des soins primaires, un taux de survie cumulatif de 71,4 % après 29 ans est une très bonne valeur ", poursuit Gängler. Gängler admet toutefois que sur les 197 participants initiaux à l'étude, il n'en restait que 29 à la fin de l'étude, principalement en raison d'un déménagement. L'étude clinique à long terme montre également que la formation parfois considérable de lacunes marginales n'entraîne pas davantage de caries : Tout comme le développement des caries n'est pas lié à la consommation personnelle de sucre, à l'hygiène bucco-dentaire ou à la position des dents, les caries secondaires, c'est-à-dire les caries qui se développent plus tard, ne dépendent pas de l'importance d'un écart marginal. Bien qu'un biofilm puisse se développer sans entrave dans des espaces marginaux, il peut aussi le faire à tout autre endroit. "Le biofilm ne peut provoquer des caries qu'une fois que la défense de l'hôte a été surmontée. Ce n'est donc pas la taille de l'écart qui détermine le risque en fonction des résultats à long terme disponibles, mais l'être humain avec sa propre défense de l'hôte. Après tout, les humains développent aussi des caries (ou pas de caries) et non le biomatériau ", explique Gängler.

Comments are closed here.

© 2020 - All rights reserved - Dental Tribune International