Dental Tribune Algeria

Des chercheurs mettent au point un nouveau test pour détecter l’excès de fluorure dans l’eau

By Dental Tribune Algeria
December 27, 2019

EVANSTON, Ill., U.S. : Il a été prouvé que de petites doses de fluorure favorisent la santé buccale en renforçant l'émail des dents et en prévenant la carie dentaire. Cependant, dans certaines régions du monde, plus particulièrement en Afrique, en Asie et en Amérique centrale, le fluorure peut être présent naturellement à des niveaux qui le rendent dangereux. Le fluorure consommé en grande quantité sur de longues périodes peut provoquer une fluorose de la structure du squelette. Pour éviter que cela ne se produise, les chercheurs ont récemment mis au point un test qui ne nécessite pas d'expertise scientifique et qui peut aider à détecter des niveaux dangereux de fluorure dans l'eau potable.

"Aux États-Unis, nous entendons parler du fluorure tout le temps parce qu'il se trouve dans le dentifrice et dans l'approvisionnement municipal en eau ", a déclaré l'auteur principal, le Dr Julius B. Lucks, professeur agrégé de génie chimique et biologique à l'Université Northwestern d'Evanston. " Il produit du fluorure de calcium, qui est très dur, donc il renforce l'émail de nos dents. Mais au-delà d'un certain niveau, le fluorure durcit également les articulations. Ce n'est surtout pas un problème aux États-Unis. Mais ça peut être un problème débilitant dans d'autres pays si on ne l'identifie pas et qu'on ne s'en occupe pas."

Le fluorure est un élément naturel qui peut s'écouler du substratum rocheux vers les eaux souterraines. Il est particulièrement abondant dans les régions entourant les volcans et peut être trouvé dans les cendres volcaniques. Les chercheurs ont testé le système à la fois en laboratoire à l'université et sur le terrain au Costa Rica, près du volcan Irazú.

" Chaque test sur ces échantillons de terrain a fonctionné ", a commenté M. Lucks. " C'est passionnant que cela fonctionne en laboratoire, mais il est beaucoup plus important de savoir que cela fonctionne sur le terrain. Nous voulons que ce soit une solution facile et pratique pour les personnes qui en ont le plus besoin. Notre but est de permettre aux individus de surveiller la présence de fluorure dans leur propre eau".

Dans l'étude, l'équipe de Lucks a lyophilisé la réaction de l'acide ribonucléique (ARN), qui ressemble à une petite boule de coton, et l'a mise dans un tube à essai avec une petite pipette. Lorsqu'elle est placée dans l'eau, la pipette absorbe 20 µl, soit exactement ce qui est nécessaire pour réhydrater la réaction. Bien qu'il faille actuellement deux heures aux chercheurs pour obtenir les résultats, M. Lucks a l'intention d'accélérer le processus dans un avenir proche.

Bien que le dispositif soit simple à utiliser, l'éprouvette préparée abrite une réaction de biologie synthétique sophistiquée. "L'ARN se replie dans une petite poche et attend un ion fluorure. L'ion peut parfaitement s'insérer dans cette poche. Si l'ion apparaît, alors l'ARN exprime un gène qui fait jaunir l'eau. Si l'ion n'apparaît pas, alors l'ARN change de forme et arrête le processus. C'est littéralement un interrupteur ", a-t-il expliqué.

L'étude, intitulée "Point of use detection of environmental fluoride via a cell-free riboswitch-based biosensor", a été publiée en ligne le 12 décembre 2019 dans ACS Synthetic Biology, avant d'être incluse dans un numéro.

 

Comments are closed here.

© 2020 - All rights reserved - Dental Tribune International