Dental Tribune Algeria

L’espace de travail

By Arch. Massimo Tiberio
December 14, 2019

L'espace de travail est l'un des thèmes dont on a beaucoup parlé dernièrement, mais dans la pratique, il s'agit encore d'un thème assez peu connu et, presque toujours, traité de manière fragmentaire. L'espace de travail est cette grandeur architecturale volumétrique dans laquelle nous nous trouvons.

Cette définition est celle qui, à mon avis, définit et clarifie le concept parce qu'elle inclut à la fois des réflexions dimensionnelles et environnementales-relationnelles. Le thème de l'espace de travail, dernièrement, est très présent dans les débats professionnels et la législation italienne a également défini certaines lois dans le but de créer des espaces adaptés aux caractéristiques biophysiques de l'homme afin de protéger sa santé (pas seulement physique).

Cependant, elle est presque toujours traitée d'un point de vue fractionné et séparé. Dans ces cas, il est toujours fait référence aux notions et aux données de l'ergonomie, la science qui les traite spécifiquement, mais elles sont appliquées de manière sélective et discontinue : par exemple, la législation ne décrit que la zone de travail en donnant des dimensions et des caractéristiques physiques et techniques ; les cours et de nombreux traités sur l'ergonomie traitent presque toujours seulement de certains aspects spatiaux du travail et non de son caractère global comme un ensemble formé par plusieurs sous ensembles en interaction permanente. La complexité du système des systèmes "d'espace de travail", en revanche, doit être considérée comme une entité unique et traitée comme telle également dans sa mise en œuvre pratique. L'espace de travail, dans le but de le simplifier, peut être divisé en trois domaines que j'appellerai pratiques : l'espace de travail, l'espace de travail et l'espace de travail. La zone de travail est la surface où un type spécifique de travail est effectué. Habituellement, il peut s'agir soit de la bouche du patient, soit de la zone d'un plan de travail donné ; en outre, dans le domaine dentaire, cela ne dépend pas seulement du type de travail effectué, mais surtout du type spécifique de chaque travail effectué dans le cadre de ce travail particulier.

Cela signifie qu'une seule opération nécessite souvent l'utilisation de zones de travail différentes. Par exemple, si un rebasage immédiat d'une prothèse doit être effectué, il y aura au moins deux zones de travail : l'une est la bouche du patient et l'autre est le plan où les résines dentaires sont mélangées, toutes deux caractérisées par des espaces d'action et des espaces instrumentaux. Si, par contre, elle se fait en laboratoire, nous disposons d'au moins trois zones de travail dans deux salles séparées. Dans la salle de l'unité dentaire, nous aurons deux zones, la bouche du patient et celle du mélange à deux composants, puis l'adaptation de la prothèse aura lieu dans une troisième zone du laboratoire de l'étude. Chaque espace doit être dimensionné et éclairé en fonction du type de travail et des caractéristiques anthropométriques de la ou des personnes qui y travaillent. Pour cette raison, la surface ne sera jamais la même, mais ce qui reste constant est la division en trois surfaces importantes. La première est celle où se déroule le traitement proprement dit et peut être de quelques centimètres (5x5), la bouche du patient, ou jusqu'à 30/40cm (pour les surfaces planes du traitement extra oral). Autour de cela, il y a une autre zone qui varie de 40/90 cm et c'est l'espace pour les instruments et/ou les matériaux les plus utilisés (par exemple les instruments comme la perceuse, l'aspirateur... de l'unité dentaire) pendant le travail dans la première zone.

Vient ensuite une troisième zone de 90/120 cm pour les instruments et les matériaux utilisés occasionnellement (comme le chariot d'instruments). La zone de travail est le volume spatial à l'intérieur duquel tous les types spécifiques de travail sont effectués pour chaque opération individuelle ; parfois elle peut coïncider avec la zone de travail, mais comme nous l'avons vu ci-dessus, elle comprend souvent des zones différentes, même dans des positions différentes ou éloignées. Comme le précédent, l'espace de travail doit être conçu, dimensionné et éclairé selon les spécifications de ceux qui y travaillent, mais il doit en outre être ergonomiquement garanti quant aux mouvements et aux interactions environnementales et avec les autres personnes (qu'elles puissent collaborer pour le même travail ou qu'elles effectuent d'autres travaux en même temps) afin que chacun puisse travailler dans le confort et la sécurité.

Le troisième est l'environnement de travail, qui coïncide avec tout l'espace de votre cabinet, car votre travail ne consiste pas seulement à "travailler sur le patient" et ne commence ni ne se termine devant l'unité dentaire. Au lieu de cela, il commence lorsque vous entrez dans le cabinet ; chaque action que vous prenez dans le cabinet fait partie intégrante de votre travail parce que tout, même les activités résumant ce qui se passe autour de l'unité dentaire, sont une structure substantielle de votre travail (par exemple, aller parler au secrétaire pour que les données soient compilées dans les dossiers des patients, se déplacer dans le cabinet pour faire divers travaux, réunions de gestion et / ou avec vos collègues...).

L'environnement de travail, s'il a d'une part des règles similaires aux deux précédentes, d'autre part, l'aspect principal, doit garantir la répartition fonctionnelle des espaces et c'est pourquoi sa complexité réside dans le fait qu'il doit réussir à assurer que tous les différents sous-systèmes de travail et fonctionnels soient réalisés de la meilleure façon possible et agissent de manière synoptique, en garantissant, par la composition des espaces dans le studio, des chemins fonctionnels clairs, courts et pratiques sans chevauchement ou redondance.

Les trois zones, même si elles ont leurs propres règles et paramètres, ne peuvent être traitées séparément. Cela définirait une proposition spatiale correcte du point de vue anthropométrique et normatif, mais peu ergonomique et efficace. L'espace de travail est le plus important car c'est l'espace où l'on passe le plus de temps et c'est celui qui affecte le plus les conditions physiques (et la rechute performative) du médecin, il dépend aussi de paramètres simples et bien réglementés (taille, posture) qui le rendent plus facile à concevoir, pour ces raisons est toujours le sujet principal des traités sur le sujet.

Les autres domaines devront s'organiser de manière complète, en harmonisant, d'une part, les spécifications du domaine de travail et, d'autre part, en satisfaisant leurs propres caractéristiques requises : cela impose des difficultés plus élevées qui exigent des compétences plus grandes pour leur conception et leur mise en œuvre. Tant le domaine que l'environnement de travail dépendent de facteurs complexes (souvent non réglementés), d'un ensemble de paramètres physico-technique-bâtiment-environnement et n'ont pas d'étude de cas standard, c'est pourquoi on évite souvent de les traiter (en théorie et en pratique) d'une manière significative. De cette façon, en simplifiant les espaces de travail, on réduit la complexité du système "espace de travail", en les rendant plus faciles à manipuler, mais en perdant leur fonction réelle : celle de faciliter et d'aider l'homme dans son travail, en lui évitant des répercussions significatives sur le plan physique et la diminution des performances.

Comments are closed here.

Latest Issues
E-paper

DT Algeria No. 1, 2020

Open PDF Open E-paper All E-papers

© 2020 - All rights reserved - Dental Tribune International